Helen Clark : Déclaration à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le sida

1 déc. 2015

Le sida demeure un problème majeur de santé et de développement dans le monde. Depuis qu’il est apparu comme l’une des maladies les plus brutales et les plus invalidantes de l’histoire, il a déjà coûté la vie à plus de 34 millions de personnes.

Aujourd’hui, 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH, et il y a eu 1,2 million de morts dues à des maladies liées au sida et deux millions de nouvelles infections au VIH uniquement en 2014. Les ravages causés par les maladies liées au sida sont très concrets, notamment en Afrique subsaharienne où survient la majorité des nouvelles infections. 

Les Objectifs de développement durable (ODD) qui viennent d’être adoptés nous engagent à accélérer les progrès en vue de mettre fin à l’épidémie de sida à l’horizon 2030. Si nous voulons atteindre cet objectif ambitieux, il faudra étendre et améliorer sensiblement l’accès au traitement du VIH, réduire le nombre de nouvelles infections au VIH et éliminer la discrimination liée au VIH.

En même temps, les ODD sont aussi l’occasion de prévenir les infections au VIH et de faire face aux problèmes de santé et de développement de façon plus inclusive et intégrée en ne laissant personne sur la route. Si nous voulons mettre fin au sida en tant que risque de santé publique, il faudra réduire les inégalités et l’exclusion, autonomiser les femmes et les filles et créer des sociétés plus pacifiques et ouvertes à tous. 

En cette Journée mondiale de la lutte contre le sida, nous avons de bonnes raisons de nous sentir encouragés. Le monde a fait des progrès considérables – les nouvelles infections au VIH ont diminué de 35 % depuis 2000 et les décès liés au sida ont chuté de 42 % depuis le pic de 2004. Aujourd’hui, 15,8 millions de personnes ont accès à des traitements antiviraux vitaux, dont 2,2 millions bénéficient d’une aide apportée par le partenariat PNUD-Fonds mondial.

Il n’en reste pas moins que de nombreuses difficultés subsistent. Il faut retrouver le sentiment d’urgence et d’engagement qui prévalait lorsque les premiers efforts de lutte contre le sida ont été entrepris. Le sida est une maladie de l’inégalité et des communautés socialement marginalisées, comme les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, les travailleurs du sexe, les usagers de drogues injectables et les personnes transgenre, et ces groupes sont touchés de manière disproportionnée par rapport au reste de la population. Il est essentiel de lutter contre la discrimination et d’abroger les lois répressives pour permettre un accès universel à des services sociaux et de santé.

En cette Journée mondiale de la lutte contre le sida, le monde est à la croisée des chemins. Avec la fin du sida qui est à notre portée, nous avons une fenêtre d’opportunité devant nous. Nous devons accélérer le rythme sur ces derniers kilomètres qu’il nous reste à parcourir pour parvenir à notre objectif de mettre fin au sida.

Si nous maintenons le statu quo, le VIH continuera de se propager à un rythme plus rapide que les mesures de lutte, et l’objectif de mettre fin au sida en tant que risque de santé publique à l’horizon 2030 ne sera pas atteint. Mais si la lutte contre le sida reste une des principales priorités, et si les mesures et les politiques destinées à prévenir les infections au VIH sont abordées de façon globale et non discriminatoire et les groupes marginalisés sont placés au premier plan de nos efforts, nous pouvons atteindre notre objectif. 

Il y aurait alors une réelle victoire à célébrer. 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe