CEREMONIE DE RELANCE DES ACTIVITES DE LA COMMISSION PROVISOIRE DE REFLEXION SUR LA RECONCILIATION NATIONALE

30 juin 2014

La Directrice pays prononce son discours devant le Président Alpha Condé, Photo: PNUD

Discours de Madame Metsi Makhetha, 

Directeur Pays du PNUD

Conakry, le 30 JUIN  2014

Excellence Monsieur le Président de la République

Mesdames et  messieurs les représentants des institutions républicaines

Mesdames et messieurs les membres du Gouvernement

Messieurs les co-présidents de la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale

Mesdames et Messieurs représentants des partis politiques,

Mesdames et Messieurs les représentants du corps diplomatiques et consulaires

Mesdames et Messieurs, les représentants des partenaires techniques et financiers

Mesdames et Messieurs le représentants de la société civile

Mesdames et Messieurs les membres de la Presse écrite, télévision et radio

Mesdames et Messieurs

Distingués invités

C’est pour moi un honneur et un agréable plaisir de prendre la parole cet après-midi à l’occasion de la cérémonie de remise de siège à la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale.

L’événement qui nous réunit cet après-midi est de haute portée nationale, car il marque la première étape avant le lancement des consultations nationales des populations et le démarrage effectif du travail de la commission provisoire de réconciliation nationale.

Excellence, Monsieur le Président de la République,

Vous avez tenu à marquer de votre présence cette cérémonie et à remettre en mains propres les clés du siège de la commission provisoire de Réflexion sur la  Réconciliation Nationale.

C’est le témoignage de l’engagement au sommet de l’Etat guinéen pour la relance du processus de réconciliation.  Soyez-en félicité.

Les Guinéens, en décidant d’aller à la réconciliation, ont fait un choix; celui d’écrire une nouvelle page de leur histoire.

C’est une responsabilité devant l’histoire que seuls les guinéens, reconnus pour leur fierté, peuvent décider d’assumer.

Mesdames et Messieurs,

Distingues invites,

Les expériences d’autres pays à travers le monde nous renseignent que les processus de réconciliation sont, par nature, complexes et passent souvent par plusieurs étapes qui peuvent se révéler comme des opportunités tout comme elles peuvent constituer un dilemme pour tout un peuple.

Je veux citer par exemple,  le Timor oriental et le Cambodge en Asie, le Chili  en Amérique du Sud, le Kosovo en Europe de L’est, et en Afrique - le Rwanda, le Burundi et mon propre pays, l’Afrique du Sud.

En dépit du caractère complexe de ces processus, les peuples de ces pays qui ont connu des dictatures, des guerres civiles, des génocides et des injustices causées par l’Etat, sont parvenus à marquer des pas décisifs vers la réconciliation.

Ils nous ont ainsi donné la preuve que cette complexité du processus de réconciliation, loin d'être un obstacle, témoigne plutôt de l'impérieux devoir pour tous les acteurs de s'y engager avec sincérité et détermination.

Mesdames et Messieurs,

Distingues invites,

La réconciliation des guinéens avec les guinéens est bien possible.

La soif de paix s’exprime tous les jours par le peuple guinéen.

La réussite sera au rendez-vous, lorsque les acteurs impliqués conviendront, avec foi et sincérité, que dans chaque obstacle qui survient, il existe une opportunité pour aller de l’avant.

C’est dans cette perspective qu’à travers le fond de consolidation de la paix, les amis de la Guinée et les Nations Unies, en particulier le PNUD et le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme, s’engagent à accompagner la Guinée à gagner ce pari et à mettre en place les conditions idéales de travail à la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale.

A l’étape actuelle du processus, l’accompagnement du PNUD se traduit par la rénovation et l’équipement du siège en mobiliers de bureau et en matériels informatiques, la dotation en moyen logistiques et une assistance technique. Et nous restons engages avec le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme sur tout le processus pour plus de 2 millions de dollars US. 

Je voudrais ici saisir cette occasion pour m’adresser à vous,  Grand Imam de la Mosquée Al Fayçal de Conakry et Monseigneur, l’Archevêque de Conakry, co-présidents de la Commissions Provisoire de la Réconciliation Nationale.

Tous nos espoirs reposent sur vos épaules.

Nous sommes convaincus que l’autorité morale et spirituelle que vous incarnez, chacun d’entre vous, ainsi que votre amour pour la Guinée, sont des atouts majeurs  qui vous aideront à réussir votre mission ; celle de  créer les conditions permettant de ressouder les liens entre les différentes communautés entre elles et avec l’Etat.

Dans une tâche aussi exaltante, il est essentiel de prendre un bon départ, et surtout s’assurer que la marche vers la réconciliation est irréversible.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Mesdames et messieurs,

Chaque peuple a son histoire. Et dans la vie d’un pays, il y a des moments difficiles et des moments de bonheur ; des moments de victoire, de retrouvailles et de célébration.

Aujourd’hui, il est plus que jamais urgent de rapprocher les Guinéens vers un avenir radieux,  dans un climat de paix et de quiétude sociale.

Cette réconciliation est nécessaire pour construire un destin commun et, sur des bases sereines, conduire et accélérer le processus de développement.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Distingues invités,

Je voudrais avant de terminer mon propos, vous remercier et vous réaffirmer la volonté et l’engagement du PNUD et du Système des Nations Unies à accompagner le pays jusqu’à la fin du processus de réconciliation, souverainement décidé par le peuple de Guinée.

Pour finir, je voudrais, en ce début du mois de Ramadan, souhaiter que le jeûne,  la prière et le pardon pendant cette période nous accompagnent tous vers cet idéal de réconciliation que nous appelons de tous nos vœux.

Je vous remercie

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Guinée 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe