Revue Annuelle 2017: Le PNUD fait le Bilan du cycle programmatique 2013-2017 et entame le nouveau programme de Coopération 2018-2022 avec la Guinée, aligné sur les priorités nationales

18 déc. 2017

Vue d'ensemble des participants à la Revue annuelle

La Revue annuelle 2017 du Programme de Coopération entre le Gouvernement et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) s’est tenue ce Lundi 18 Décembre 2017 à l’Hôtel Palm Camayenne en présence du Secrétaire Général du Ministère du Plan et de la Coopération internationale et Président de l’UCC, Mr Pema Guilavogui, du Directeur pays PNUD Guinée, Mr Lionel Laurens, du Directeur pays adjoint aux programme Mr Eloi Kouadio IV et du Directeur pays adjoint en charge des Opérations, Mr Titus Osundina. Trois collègues experts du Bureau régional PNUD Afrique, à savoir Mamadou Ndaw, Dominique Kabeya et Adama Dian Barry participent également à la Revue. Cette revue annuelle du PNUD qui marque en même temps la fin du cycle 2013-2017 a enregistré la présence massive, de directeurs nationaux et représentants départements ministériels; ce qui témoigne de l’appréciation et l’intérêt soutenu que le Gouvernement porte à toutes les activités du PNUD en Guinée.

 

Les différentes présentations des résultats par Cluster (Gouvernance par Haidara, Environnement par Ciré et Croissance par SAM) ont permis d’avoir une compréhension commune des résultats atteints et des transformations accomplies induites par les activités de terrain du PNUD et de dégager un consensus sur les approches novatrices de travail qui renforceront les synergies et l’efficacité les équipes.

 

Cette Revue répond à une obligation de transparence et de rendre compte des engagements pris ensemble dans le cadre du programme pays en lien avec les priorités et les stratégies nationales de développement.

 

La rencontre de ce jour intervient dans un contexte général, caractérisé par la fin du processus d’actualisation du cadre de planification national ayant abouti à l’adoption d’une Loi Plan en l’occurrence le PNDES 2016-2020 et la tenue de la réunion du Groupe Consultatif sur le financement du PNDES avec près de vingt et un milliards de dollars de promesses de financement publics et privés pour la Guinée.

 

Pour le Directeur Pays du PNUD en Guinée, Mr Lionel Laurens,  dans son mot introductif,  a défini le contexte avant de revenir sur des résultats clés des Clusters, La revue de ce programme se tient dans un contexte particulier, marqué par la fin du cycle programmatique 2013-2017 et le démarrage d’un nouveau programme de coopération 2018-2022, aligné sur les priorités nationales définies dans le PNDES 2016-2020 en lien avec l’Agenda 2030 et les Objectifs de Développement Durable (ODD) ainsi que l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

 

Pour le PNUD, c’est le lieu de souligner toute l’importance que revêt cette rencontre qui va nous permettre de faire le bilan de notre programme de coopération 2013-2017 en vue de mieux préparer la mise en œuvre du nouveau Programme 2018-2022. 

Dans ce contexte, il est important de noter que les appuis du PNUD, dans une dynamique concertée et coordonnée avec les différents partenaires au développement, ont permis d’atteindre tout au long de la période 2013-2017, des résultats probants.

 

Ainsi, au titre de l’appui au cycle électoral, il importe de souligner :

-           le consensus obtenu pour l’organisation des élections communales, suite à l’appui permanent au dialogue politique entre les différents acteurs, l’accompagnement et la facilitation du Système des Nations Unies en partenariat avec les autres notamment, l’Union Européenne ;

-           la préservation de la paix, la préparation du processus de réconciliation nationale à travers l’assistance technique et logistique à la CONARGUI, la CENI et la Société civile.

S’agissant du chantier de la construction de l’Etat de droit, la contribution du PNUD s’est inscrite dans une dynamique de renforcement des capacités des Institutions républicaines et judiciaires ainsi que la réforme du secteur de sécurité. Le soutien à l’élaboration et à la mise en œuvre des plans locaux de sécurité en fait foi.

Il convient de mentionner également l’appui au renforcement de capacités de la société civile et des communautés pour une participation citoyenne et responsable des populations, en particulier, les femmes et les jeunes à la gestion du développement et à la prise de décisions.

 

Dans le cadre du développement d’une croissance inclusive, plusieurs programmes et projets mis en œuvre ont permis d’obtenir des résultats concrets notamment : (i) l’amélioration du climat des affaires à travers la mise en place d’une stratégie de développement du secteur privé, l’appui à l’élaboration d’un nouveau cadre de partenariat public privé ayant abouti au vote d’une nouvelle loi sur le partenariat public privé et, (ii) l’accroissement de l’accès à l’emploi et aux microcrédits pour les jeunes et les femmes, (iii) le renforcement de compétences des acteurs et partenaires des services centraux et déconcentrés en matière de suivi et évaluation, de Gestion axée sur les résultats, d’intégration du genre et de lutte contre les Violences basées sur le genre ainsi que (iv) le renforcement de capacités des collectivités locales à travers le volontariat national.

 

Sur le plan du renforcement de la mobilisation des ressources, il est important de mentionner la tenue du Groupe consultatif sur le financement du PNDES ayant abouti à des promesses de ressources financières importantes pour réaliser les projets et programmes de développement définis dans le programme national d’investissement publics adossé au PNDES. L’un des défis à relever maintenant, réside dans la traduction de ces promesses en réalité tangible pour rendre effectivement disponible les montants annoncés et, répondre comme il convient, aux besoins des populations.

 

Dans le domaine de la gestion de l’environnement, il est important de noter (i) l’élaboration d’outils de planification, de gestion durable de l’environnement, des ressources naturelles et du cadre de vie et la promotion de leur utilisation par les différents acteurs et partenaires ainsi que (ii) le renforcement des modes et des moyens d’existence des communautés vulnérables au changement climatique.

 

En somme, même si les performances n’ont pas été uniformes d’un domaine à l’autre, des efforts soutenus ont été déployés pour améliorer la vie des populations. Les différents témoignages des bénéficiaires nous édifierons sur les impacts réels des activités de nos programmes sur les conditions de vie des populations.

 

Sur la période 2018-2022, les priorités porteront sur deux (2) axes stratégiques (i) la Promotion d’une bonne gouvernance pour un développement durable et (ii) la transformation économique et la gestion durable du capital naturel.

L’objectif est d'accroître la résilience aux chocs économiques, environnementaux et sociaux, de favoriser une croissance économique plus inclusive et plus durable, de favoriser par ailleurs des institutions nationales plus responsables et, d'accroître la participation et le contrôle citoyen, et in fine, réduire la pauvreté et renforcer la cohésion sociale. Une attention particulière sera accordée au renforcement de capacités de l’Administration publique et à la mobilisation de ressources financières, matérielles et humaines adéquates pour faciliter la mise en œuvre du PNDES et l’Agenda 2030 des Objectifs du Développement Durable.

 

Ainsi, la promotion de l’emploi jeune et l’autonomisation des femmes, la lutte contre la corruption et la promotion des mécanismes actifs de l’absorption de l’aide, le dialogue pour la paix et la gestion des changements climatiques, la décentralisation et la promotion d’une bonne gouvernance locale, le renforcement de la résilience politique, économique, sociale, le développement des opportunités de coopération Sud-Sud et des partenariats avec le secteur privé et le renforcement de la cohérence des interventions des agences du système des Nations Unies à travers l’opérationnalisation de la démarche « Unis dans l’action » seront entre autres les domaines prioritaires d’intervention.

 

Le Secrétaire Général du Ministère du Plan et de la Coopération Internationale et Président de l’Unité Centrale de Coordination (UCC), Mr Pema Guilavogui a indiqué dans son Discours d’ouverture que : « l’évaluation finale du Programme Pays (CPD) du PNUD 2013-2017, et l’audit du Bureau Pays du PNUD conduits en 2016 qui ont révélé une certaine faiblesse dans la gestion des projets dans Atlas. Dans le sens de la mise en œuvre des recommandations formulées à cet égard, il convient de renforcer les capacités des staffs concernés dans le module de gestion des projets afin de mieux préparer son application effective dès 2018 ». Pour ce faire, le Président de l’UCC a émis le souhait de travailler sur des aspects techniques pour son opérationnalisation effective en 2018. « Il s’agira de : faire une revue des projets existants et des programmes conjoints, apprécier leurs niveaux de contribution aux résultats du nouveau CPD et identifier les gaps thématiques existants ; sur la base des gaps thématiques existants, identifier et formuler les idées de projets tout en vérifiant l’exhaustivité de leurs contributions aux résultats du Programme Pays du PNUD (CPD) 2018-2022 et identifier les principaux partenaires et les potentiels bailleurs de fonds ; procéder à la structure des portefeuilles à travers lesquels le CPD 2018-2022 sera mis en œuvre et définir les prochaines étapes»

Les discussions qui ont suivi les présentations été très enrichissantes. En Conclusion, l’idée d’un Forum pour recueillir le feedback et avoir un retour direct des partenaires afin d’apporter des correctifs et améliorer les interventions du PNUD sur le terrain a été appréciée par le Directeur pays, Mr Lionel Laurens qui a appelé à apprendre des erreurs, ne pas s’éparpiller et rester focaliser pour avoir une meilleure cohérence et des équipes qui vont mieux coordonner les programmes de terrain. Le Directeur pays adjoint en charge des programmes, Mr Eloi Kouadio IV , abondant dans le sens, a demandé d’éviter le cloisonnement tout en essayant de créer des passerelles et des interconnexions dans les activités des différents clusters en faisant ressortir les liens et la complémentarité dans les interventions avant d’insister sur le renforcement du suivi-évaluation notamment le suivi qui est une dimension vitrine des interventions du PNUD, sur les résultats en terme de planification stratégique, lois etc…, de renforcement des capacités en terme d’effets induits, et de mobilisation et de communication sociale pour le développement. Les collègues experts du Bureau régional, après fait des observations sur les différentes présentations sont revenus sur les changements et réformes en vue.

 

Mamadou Saliou Diallo

Chargé des Communications

 PNUD Guinée

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Guinée 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe