Ebola: le PNUD appuie l'engagement communautaire face à l'épidémie.

26 sept. 2014

Une minute de silence pour le victmes d'Ebola

Le PNUD appuie le Gouvernement dans la réponse  contre la fièvre Ebola : 200.000 dollars pour renforcer le dispositif de la Coordination nationale de la réponse à travers la mise en place d’un mécanisme de  de coordination et de partage quotidien d’informations sur les activités menées sur le terrain aux niveaux national, préfectoral et dans les zones transfrontalières.

La découverte du virus Ebola en Guinée est une préoccupation majeure pour le Gouvernement. Face à l’urgence de la situation, les autorités guinéennes se sont engagées à renforcer le dispositif global de réponse et à coordonner l’ensemble des activités destinées à gérer et contenir la propagation du virus Ebola.

Sensible à cette situation et compte tenu du caractère urgent des mesures à prendre, le PNUD a décidé d’appuyer le Gouvernement par le financement, à hauteur de 200 000 dollars, du Projet d'Assistance à la Coordination de la Riposte Virale Ébola.

 L’appui du PNUD se fonde sur 4 axes principaux autour du renforcement du cadre opérationnel de la Coordination dans la gestion et le suivi des contacts tout en renforçant le dispositif  au niveau des unités transfrontalières pour remonter et donner des informations fiables, la mise en valeur et l’activation de tous les réseaux disponibles, la préparation à une relance rapide pour pallier aux impacts socio-économiques et envisager des mesures d’accompagnement aux paysans producteurs et exportateurs de produits agricoles  et des commerçants, l’engagement au niveau communautaire pour promouvoir un changement de comportement, la mise à la disposition de la Coordination d’une expertise pour mieux gérer le relèvement et la résilience et le renforcement des capacités du système sanitaire.

 Pour Mme Metsi Makhetha, Directrice pays du PNUD: le partage d’informations est essentiel pour la réponse  car l’épidémie semble aller vite que la réponse. Le contexte d’Ebola crée un niveau de complexité d’où la nécessité de bien cadrer les messages.

 Au niveau plus global, le Programme des Nations Unies pour le développement et les équipes de pays de l’ONU collaborent étroitement avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui se charge de l’intervention médicale, tandis que l’UNICEF et le FNUAP assurent la majeure partie de la sensibilisation communautaire, de la mobilisation et de l’éducation.

 • Au Libéria, le PNUD aide l’équipe spéciale Ebola à mobiliser des ressources, à planifier l’intervention, à surveiller les frontières et à organiser les activités d’alerte précoce.

• En Sierra Leone, le système des Nations Unies coopère avec le gouvernement pour mettre sur pied un Centre d’opération d’urgence Ebola. Les efforts du PNUD visant à améliorer et à réformer le secteur de la sécurité du pays seront réorientés afin d’aider à gérer les frontières pour contenir la maladie.

• Au Nigéria, le PNUD mobilise 1,5 million de dollars des États-Unis pour appuyer les efforts du gouvernement visant à éviter la propagation de la maladie.   

• En Guinée, le PNUD aide le comité de crise national du gouvernement à planifier des opérations d’envergure nationale et étend actuellement ses activités afin de couvrir les zones frontalières.

 Le PNUD va également lancer un projet régional pour aider la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone à combattre ensemble l’épidémie, tout en mettant l’accent sur les zones frontalières. En outre, les économistes du PNUD vont étudier l’impact financier potentiel de cette crise sur les moyens de subsistance dans les trois pays concernés.

Mamadou Saliou Diallo

Chargé des Communications