Promotion du genre en Guinée : Les femmes saluent l’implantation des plateformes multifonctionnelles

Femmes autour d'une machine décortiqueuse
Les femmes saluent l'implantation des plateformes multifonctionnelles. Photo: PNUD

Mme Nansira Odia Keita est la présidente du comité féminin de gestion de la Plateforme multifonctionnelle de Balato, une localité de la Haute Guinée, l’une des régions de la Guinée où les populations vivent dans l’extrême pauvreté. L’implantation des plateformes multifonctionnelles dans cette région a eu impact positif dans la vie des populations.

A retenir

  • L’installation de plusieurs plateformes dans les régions a permis l’allégement des tâches féminines.
  • Formation de 150 auxiliaires de justice sur les violences faites aux femmes
  • Formation et sensibilisation des forces armées guinéennes sur les résolutions 1325, 1820 et 1888 du Conseil de Sécurité des Nations Unies

Elle explique « Depuis l’arrivé de la plateforme multifonctionnelle, nous avons assez de temps pour nos activités et nos revenus augmentent.  On peut aller à la mine recherche de l’or. Tu y vas; tu recherches ton or ; tu reviens ; et tu fais la cuisine; toujours à temps. Et l’or revendu procure de l’argent qui permet à la femme de participer activement à la  prise en charge de la famille ».  

L’appui aux activités portant sur l’intégration de la femme à tout processus de développement a toujours été une préoccupation majeure du PNUD. Pour ce faire, le PNUD appuie les efforts du Gouvernement à travers la formulation de politiques et stratégies et de programmes visant le renforcement des capacités de la femme guinéenne pour lui permettre de jouer efficacement et pleinement le rôle qui est le sien dans le développement socio-économique du pays.

En 1999, le PNUD consacrait, chaque année, 20 % de son budget au genre.

Dans le cadre de l’Initiative de Développement Humain conçue par le Gouvernement avec l’appui du PNUD et de l’ACDI, la dimension « genre » y occupe une place de choix.

Plusieurs projets s’inscrivant dans l’amélioration de la situation de la femme ont bénéficié, dans le temps, de l’appui du PNUD en partenariat avec d’autres bailleurs. L’on pourrait, à cet égard, rappeler les projets et programmes ci-après :

« Appui à la préparation de la conférence de Beijing »

« Assistance intégrée aux PME » ; « Projets d’assistance aux initiatives de base » (PAIB)

« Projets de développement rural intégré du Fouta Djallon et PDR-MG » ; « Appui financier d’un projet de fumage de poisson à des femmes de Conakry » (avec UNIFEM)

« Appui à la promotion féminine » financé à hauteur de 1 500 000 dollars américains

« Programme Cadre Genre et Développement » (PCGeD).

L’opérationnalisation du projet GUI/93/002- Beijing a permis d’obtenir des résultats fort appréciables dont les plus significatifs ont été la préparation pour ladite conférence d’un Rapport National sur la Situation des Femmes en Guinée, la mise en place d’un Centre de Documentation sur la Femme, la constitution d’une Banque de Données Statistiques par sexe. Après Beijing, le PNUD et d’autres partenaires ont financé un atelier national qui a permis la dissémination des recommandations de la conférence et l’élaboration d’une Politique Nationale de Promotion de la Femme (PNPF).

En outre, le PNUD a financé l’organisation de plusieurs autres ateliers d’information et de formation dont celui sur la finalisation de la Politique Nationale de la Promotion Féminine en octobre 1996 et la participation des cadres à des séminaires à l’extérieur du pays.

Le PCGeD (Programme cadre Genre et Développement), élaboré par le Gouvernement avec l’appui technique et financier du PNUD au milieu des années 90, est incontestablement l’appui qui aura le plus marqué la participation du PNUD à l’amélioration de la situation de la femme. Selon l’ex Ministre des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Mme Hadja Daraba Saran, « Le PCGeD est demeuré le document clé qui a permis à la Guinée de disposer d’un cadre de référence national pour initier des stratégies relatives à la dimension genre dans les politiques sectorielles et coordonner les actions des intervenants sur les questions de l’égalité des sexes »

Ainsi, depuis l’élaboration du Programme- Cadre Genre et Développement (PCGeD) le PNUD maintient son option stratégique qui se concrétise, sur le terrain, par de nombreuses actions qui participent à la réalisation de l’Objectif du Millénaire pour le Développement OMD n° 3 : « Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ».

A titre d’illustration : dans le cadre de l’appui du PNUD à la Société Civile pour influencer les politiques et programmes de développement, la préférence va généralement aux ONG féminines en matière de formation et de soutien aux activités économiques.

Le PNUD privilégie les femmes dans l’octroi de crédit formateur en exigeant des Institutions de Micro-finance auxquelles il confie la gestion de fonds de crédit revolving, qu’au moins 90% des bénéficiaires soient des femmes. On pourrait citer dans ce cadre, les cas des prêts  arachide ou beurre de karité à Siguiri et des prêts ‘’makiti-mali’’ (en soussou signifie « Aide au marché ») dans les communes de Conakry.

De 2004 à 2010, par exemple, 7400 femmes de Conakry ont bénéficié de prêts pour un montant cumulé de plus de 2,7 milliards de francs guinéens. Certaines de ces bénéficiaires, qui ont commencé tout petit par la vente d’eau glacée ou de condiments, constituent aujourd’hui des exemples de réussite féminine. Toutes ont fait leur entrée dans le cercle des femmes entrepreneurs avec la possibilité de fréquenter les grandes capitales commerciales et économiques tels que Dubaï ou ailleurs.

Grâce à un appui technique du PNUD, les femmes chefs d’entreprise se doteront en juin 2011 d’un Réseau des Femmes Chefs d’Entreprise de Guinée. La cérémonie a été placée sous la présidence d’honneur de la Première Dame de la République de Guinée, Mme Condé Dièné Kaba. L’idée de la création de ce Réseau a émergé lors des trois ateliers de formation, appuyés en 2010 et 2011 par le PNUD en partenariat avec les 3AE, à l’intention d’une trentaine de femmes leaders suivant les approches « Créer votre entreprise ». Elles étaient alors associées dans le Club des Femmes d’Action.

Toujours en 2011, dans le domaine du Genre, les résultats spécifiques ont porté sur le renforcement des capacités institutionnelles du Ministère en charge de la promotion féminine au niveau duquel le plaidoyer du PNUD a permis l’élaboration et la validation de la Politique Nationale Genre. Ceci a induit la mise en place des structures genres dans tous les départements ministériels.

S’agissant de l’allègement des tâches féminines à travers la promotion des nouvelles technologies en milieu rural, plusieurs plateformes multifonctionnelles (PTMF) sont installées dans les différentes régions naturelles avec la participation des communautés respectives dont des femmes. Mme Nansira Odia Keïta, Présidente du Comité Féminin de Gestion de la PTMF de Balato, parle ici de quelques impacts de cet outil : l’augmentation du taux de scolarisation de la jeune fille : « n’étant plus astreintes à piler, elles ont plus de temps pour l’école » confie une mère « l’augmentation sensible de nos revenus ». Selon Odia, le temps dégagé est mis à profit pour aller à la mine en quête de pépite d’or : « tu y vas; tu recherches ton or ; tu reviens ; et tu fais la cuisine pour lui ; toujours à temps. Et l’or revendu procure de l’argent qui permet à la femme de participer activement à la « prise en charge » de la famille. Entre autres. « la prise de parole en public est devenue une réalité sociétale » renchérit la doyenne des femmes du village. « Hier, le « Tais-toi !» était une pratique vivante ; mais aujourd’hui elle s’est considérablement amenuisée au point de disparaître dans les relations Homme – Femme. Nous avons nos mots à donner sur les problèmes de développement de notre village»

Le PNUD a également appuyé l’organisation par le Ministère des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance à travers le Projet Genre d’une série d’ateliers d’information et de sensibilisation des Forces Armées Guinéennes sur les résolutions 1325, 1820 et 1888 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. A noter que la République de Guinée a ratifié toutes ces résolutions. En outre, le PNUD a financé tout récemment la formation de 150 professionnels et auxiliaires de justices sur les violences faites aux femmes et filles dans les régions administratives de Mamou, Labé, Faranah et N’Zérékoré.

La poursuite de l’appui du PNUD à la promotion du genre ne fera l’ombre d’aucun doute. Et pour cause : "Permettez-moi également de réaffirmer l’engagement du PNUD à poursuivre son appui au Gouvernement guinéen dans son combat légitime pour l’amélioration des conditions de vie de ses populations et particulièrement celle des femmes » a déclaré le Représentant Résident du PNUD, Anthony Kwaku Ohemeng – Boamah, à l’occasion de la cérémonie de remise officielle au Gouvernement de la Politique Nationale Genre (PNG), le 27 janvier 2012.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Guinée 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe