A propos du PNUD en Guinée

Historique

Après son indépendance, proclamée le 2 octobre 1958, la République de Guinée est devenue membre de l’Organisation des Nations Unies, le 12 décembre 1958. En 1960, le premier Bureau du PNUD fut ouvert à Conakry, la capitale du pays.  Jusqu’en 1973, aucune autre agence du Système des Nations Unies n’était représentée dans le pays. C’est le PNUD qui assurait, seul, la représentation de l’ONU en République de Guinée.  Le 13 février 1975, fut signé entre le Gouvernement et le PNUD l’Accord de base.

Nos objectifs

Le PNUD est le réseau mondial du Système des Nations Unies (SNU) qui prône  le développement dans le monde. Il est présent sur le terrain dans 177 pays qu’il relie aux connaissances, expériences et ressources dont leurs populations ont besoin pour la vie.

Il crée des partenariats solides et aide à renforcer les capacités institutionnelles et des organisations de la société civile pour consolider la paix et bâtir une nation résiliente gage d’une croissance  équitable et inclusive. Afin d’assurer une meilleur qualité de vie des populations.

En Guinée l’accord de base qui régie la coopération avec le Programme des Nations Unies pour le Développement a été signé le 13 février 1975. Il stipule dans son premier article, paragraphe 2 que, l’assistance du Partenaire au Gouvernement est fournie conformément aux résolutions et décisions des organes compétents de gestion du Partenaire et sous réserve de la disponibilité des fonds nécessaires auprès du Partenaire. Le programme du PNUD a été formulé, à cet effet, sur la base des priorités nationales, telles que présentées dans le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté actualisé. Il porte sur deux axes stratégiques prioritaires :

  • Gouvernance & Prévention des conflits ;
  • Croissance & Développement durable

Droit au développementUn enfant qui réclame son droit au développement normal.

 

Que voulons-nous accomplir ?

Le premier rôle du PNUD est d’exhorter au changement. Il concourt dans ce cas  à prôner les bonnes pratiques gouvernementales pour assoir le fondement d’une nation adossée sur des institutions fortes et indépendantes. Ce qui vise à doter le pays, les outils et les voies et moyens garantissant son développement inclusif.

La Guinée en dépit des immenses potentialités agricoles, minières et hydro énergétiques existantes, figure parmi les pays les moins avancés de la planète, avec un indice de développement humain faible, estimé à 0,344 en 2011.

Les efforts pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) restent globalement insuffisants, surtout en matière de réduction de l’extrême pauvreté. L’incidence de la pauvreté est passée de 53% en 2007 à 55,2% en 2012 avec de fortes disparités spatiales, régionales et selon les sexes.

Conscient de ce paradoxe, le Gouvernement décide de prendre ses dispositions pour assurer une croissance économique et un développement intégré durable. Le PNUD pour sa part, interviendra dans les actions de collectivités locales afin d'insuffler une nouvelle dynamique de développement à la base. En collaboration avec le gouvernement dont il soutient et appuie les actions de priorités nationales définies dans le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté.  Cette coopération avec le gouvernement contribuera à réduire l’extrême pauvreté et favorisera une croissance économique du pays et abrègera la souffrance des populations dont 55,2% vivent sous le seuil de la pauvreté. 

Le Plan d’Action du Programme de Pays (PAPP) 2013-2017 est le cadre d’opérationnalisation du programme de pays (CPD) et du Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement. Il constitue une contribution aux efforts du Système des Nations Unies (SNU) pour accompagner le Gouvernement dont le but principal est d’assurer un développement humain durable.

 

 

 

NOS RESULTATS: REVUE PLURIANNUELLE DU PROGRAMME DE COOPERATION GUINEE -PNUD 2013-2017

 

 Revue du Cycle 2013-2017: Résultats du Programme Croissance

Conformément au PTA 2017:

4. Les capacités techniques des Bureaux de Stratégies de Développement en planification, programmation et suivi du développement sont renforcées et le suivi de la mise en œuvre du PNDES est facilité

5. Le Rapport National sur le Développement Humain est validé et partagé au niveau gouvernemental
Les cadres formés sur les outils de planification et de gestion

R1. L’actualisation du cadre de planification national a été finalisée avec à la clé une loi Plan votée par l’AN et un PNI adossé au plan

1.1. Le PNDES 2016-2020 et la vision prospective ''Guinée 2040'‘ ont été finalisés et validés et constituent désormais l'unique cadre de référence pour la planification du développement. Un PNI a été adossé au PNDES

1.2. Le PNDES et ses documents annexes ont été édités en 320 exemplaires de chaque et distribués à la réunion du Groupe Consultatif sur le financement du PNDES

1.3. Une RGC a été tenue à Paris en novembre 2017 avec près de 21 MUSD de promesses de financement.

à Défis pour le pays de transformer ces promesses en réalités.

R2. Les capacités des structures nationales en charge de la planification, programmation et de la gestion du développement ont été renforcées

Un appui à la DNPP a permis d’actualiser le cadrage macroéconomique et de tenir pour la première session du Comité de cadrage depuis sa création. Ce comité a validé la note de cadrage macroéconomique

Un appui à la DNEEP a permis d’élargir la base de l’enquête conjoncturelle (au moins 60% du PIB) et de moderniser le processus d’élaboration de la note de conjoncture économique. Une vingtaine (20) de cadres de la DNEEP ont été formés sur le processus.

Plusieurs ordinateurs et autres équipements et consommables informatiques ont été acquis et remis au MPCI en faveur des acteurs de la chaîne PPBSE (DNIP, DNPP, BSD sectoriels, etc.)

R3. Les capacités du système statistique national ont été renforcées

Un appui à l’INS a permis d’éditer et de diffuser les annuaires statistiques et les comptes nationaux de 2006 à 2015 ainsi que la nouvelle loi statistique. Des ateliers régionaux de dissémination ont été tenus à Conakry et à Kindia

Les résultats de l’enquête MICs-Palu ont été disséminés au niveau central et déconcentrés à travers la tenue d’ateliers régionaux à Conakry, Kindia et Boké

Une matrice d’indicateurs de suivi et évaluation de la fragilité du pays ainsi qu’une stratégie d’intégration de ces indicateurs dans le DISE et la SNDES a été produite.

R4. Les capacités nationales de mise en œuvre de la SDSP ont été renforcées

Un appui à la DN en charge du Patrimoine a permis de mettre en place un nouveau cadre de PPP aligné sur les ambitions du PNDES : une nouvelle loi sur les PPP a été votée par l’AN et ses textes d’application sont amendés et disponibles

Une Assistance technique à l’APIP a permis de:

démarrer l’opérationnalisation de la SDSP : 23 cadres de l’APIP, 27 fonctionnaires de l’administration publique, 18 promoteurs du Secteur privé, 34 journalistes de la presse guinéenne ont été sensibilisés et formés sur la SDSP

et de renforcer le suivi et la promotion des investissements privés y compris les engagements de la conférence d’Abbu d’Abbis : un rapport mensuel de suivi est disponible

R5. Le rapport national sur le Développement a été élaboré

Une version provisoire du RNDH est disponible et est en cours d’amélioration par un Consultant International

La version provisoire amendée sera soumise au Gouvernement pour validation

Un colloque de discussion sur le rapport sera organisé avant sa diffusion

R6. New Deal: Les ODD, le New Deal ont été vulgarisés en lien avec le PNDES et un PRDES est en cours d’élaboration pour la RA de N’Zérékoré

60 représentants des OSC et d’autres acteurs au niveau déconcentré ont été sensibilisés sur le New Deal et les ODD en lien avec le PNDES: Deux ateliers régionaux tenus à cet effet à Kindia et à N’Zérékoré

41 VNU ont été sensibilisés sur le New Deal, les ODD en lien avec les documents nationaux de planification (PNDES 2016-2020 et Vision 2040)

Une stratégie de communication sur les ODD et le New Deal en lien avec le cadre de planification national a été élaborée avec l’appui d’un Cabinet de communication.

Le processus de régionalisation du PNDES a été entamé à travers l’élaboration d’un PRDES pour N’Zérékoré

1. Pour le projet appui à la SRP

Changement de l’ancrage institutionnel de l’Unité de Coordination du Projet avec le rattachement des bénéficiaires clés (SP/SRP et DNIP) au MPCIà Solution : Projet d’arrêté

Retard de décaissement des ressources BAD pour la mise en place de la plateforme à solution: relance au plus haut niveau

2. Pour le projet New Deal

Retard pour l’approbation des réquisitions de fonds pour la réalisation des activités planifiées à envisager une approbation locale des activités par le Bureau pays.

1. Le changement de l’ancrage institutionnel du projet SRP et de certaines structures partenaires d’exécution ralentissent la mise en œuvre de certaines activités du projet, notamment les activités de renforcement de capacités ;

2. Une bonne coordination des actions de renforcement de capacités des structures de l’administration publique est nécessaire pour permettre d’éviter les doublons et de mieux cibler de nouveaux bénéficiaires ;

3. La faible capacité technique des ressources humaines des partenaires d’exécution contribue à ralentir la mise en œuvre des activités planifiées ;

4. L’intégration d’un schéma de transfert de compétence dans le dispositif de déploiement des consultants de longue durée (ayant au moins 6 mois de contrat ou plus)  est nécessaire pour favoriser le développement des compétences au sein de l’administration publique.

Perspectives Cluster Croissance

1. Poursuivre la vulgarisation des documents nationaux de planification (PNDES et Vision 2040 en lien avec les ODD et le New Deal) et la régionalisation du PNDES après l’élaboration du PRDES de N’Zérékoré

2. Poursuivre la mise en place de la Plateforme PIP
3. Poursuivre l’appui à la mise en œuvre de la SDSP et la vulgarisation de la loi PPP

4. Poursuivre le renforcement de capacités des acteurs de la chaîne PPBSE dans le cadre d’un PRC de gestion du développement (fonction cadrage macro, conjoncture, planification stratégique, etc.)

5. Poursuivre le renforcement de capacités du SSN pour le S&E des ODD en lien avec le PNDES

Revue du cycle 2013-2017

Résultats / Réalisations du Programme Gouvernance et consolidation de la paix

 

Produit 1 : L’Administration électorale dispose des capacités de planification, de mobilisation et de gestion des ressources, ainsi que des systèmes et processus électoraux

Grâce à l’accompagnement du cycle électoral sous le leadership du PNUD les capacités techniques et managériales de l’OGE sont nettement accrues durant le cycle:

Les 25 commissaires et 30 personnels de l’administration sont certifiés au module BRIDGE, dont un est promu Accréditeur international en 2017;

Les capacités logistiques de la CENI sont accrues grâce à la dotation d’un important parc de véhicules et matériels informatiques et de vote.

Résultats du produit 1 : (suite)

-La CENI est capable d’élaborer et de mettre en œuvre des plans de déploiement, de sécurisation et de récupération du matériel électoral (plans logistique et de sécurité);

- Le recours à l’expertise internationale a nettement baissé et aucun expert international ne sera déployé pour le scrutin du 04 février 2018);

- la CENI est capable de piloter une élection sans expertise internationale

- A titre d’exemple, la gestion des candidatures est assurée avec une expertise entièrement nationale pour les prochaines élections.

Résultats du produit 1 : (suite)

-  Les acteurs des médias publics et privés ont une meilleure compréhension du cadre légal et de  leur « Rôle et responsabilité dans la couverture médiatique des élections »

-  53 personnes dont 27 femmes leaders des centrales syndicales et 26 leaders des OSC et des partis politiques formées au modules BRIDGE sur les élections.

Résultats du produit 1 (suite)

La femmes ont été soutenues pour une participation accrue aux élections législatives de 2013 et futures communales (506 candidates, et potentielles candidates appuyées sur leurs projets respectifs,

370 femmes leaders formées, et 36000 sensibilisées en leadership et participation politique (instances décisionnelles)

Les capacités techniques de 2355 acteurs clés, dont 1005 femmes et 769 jeunes sont renforcées à la promotion et la conduite du dialogue

Résultats du produit 2 : Des programmes d’éducation civique et citoyenne de sensibilisation sur les droits humains, y inclus les aspects d’égalité de genre, sont formulés et mis en œuvre

Au cours du cycle, 13393 personnes (6467 femmes) sont sensibilisées sur l’éducation civique et citoyenne, le processus électoral, la culture démocratique, la prévention et gestion des conflits et la consolidation de la paix.  Ceci a contribué au renforcement des capacités des acteurs locaux et a favorisé l’émergence de comportements responsables, un apaisement du climat social, une réduction sensible des tensions politiques et la tenue des élections présidentielles et législatives apaisées.

Résultats du produit 2 (suite)

La Politique Nationale du Genre a été révisée et adoptée; ce qui permet d’encadrer toutes les activités de promotion du genre en Guinée

- Les capacités techniques et matérielles de 5 TPI sont renforcées:120 magistrats, 25 greffiers et 160 Officiers de Police Judiciaires sont formés sur la pratique du parquet et de l’instruction.

- Les 5 TPI sont dotés chacun de 2 ordinateurs, 1 imprimante, 1 photocopieuse, 1 kit de sonorisation pour la salle d’audience ainsi qu’une alimentation en énergie solaire. 300 affaires criminelles et 250 affaires correctionnelles sont jugés au cours du dernier trimestre 2017.

Résultats du produit 2 (suite)

Une aide légale apportée à 371 personnes vulnérables, victimes de VBG ayant conduit 370 procès dans le respect des textes légaux et à la défense des droits des victimes et/ou prévenus.

383 personnes démunies (femmes et mineurs) vivant dans les maisons centrales de Conakry, Kindia et Labé, ont bénéficié de la même assistance judiciaire.

Sur ces 383 cas: 92 cas dont 30 femmes et 62 mineurs ont été jugés et purgent actuellement leur peine dans ces juridictions ; 121 personnes démunies dont 34 femmes et 87 mineurs ont pu recouvré leur liberté ;

Résultats du produit 2 (suite)

La constitution d’une mémoire institutionnelle, la sécurisation des archives et la célérité dans le traitement des dossiers de la Cour constitutionnelle ainsi qu’une contribution à l’opérationnalisation de la Cour des comptes et de l’INDH à travers la fourniture d’équipements et mobiliers de bureau et le perfectionnement des membres.

L’appui aux OSC, par l’implantation des Cellules de veille citoyenne en contrôle citoyen de l’action publique (CVC/CCAP), a contribué à l’amélioration de la gouvernance au niveau local (contrôle citoyen, reddition de comptes, la transparence dans la gestion de la chose publique, etc.).

Résultats du produit 3 : L’Assemblée nationale, la Cour des comptes et le Conseil Economique et Social et la Société Civile sont dotés de personnel compétent et d’outils nécessaires pour mieux assurer leurs missions

On note un meilleur fonctionnement de l’AN. Le RI a été également révisé et adopté.

Le temps d’examen des lois passe de 60 jours en 1998 à 20 jours en 2016; plusieurs lois importantes sont votées (CP, CPP, loi sur la Cour suprême, CA, code électoral (CE), code des collectivités locales (CCL), etc.).

- Le FOFPAG garantie une meilleure prise en compte des droits des femmes, l’égalité des sexes et la prise en compte du genre dans le travail parlementaire.

Résultats du produit 4: Les structures, normes et procédures ainsi que les ressources humaines de l’Administration publique sont modernisées et la transparence renforcée

- La loi portant prévention et répression de la corruption et pratiques assimilées (Loi anti-corruption) a été adoptée et promulguée le 04 juillet 2017.

qL’appui au projet TOKTEN a abouti à la mobilisation de 12 Experts de la diaspora guinéenne qui ont transmis leurs savoirs et savoir faire dans 5 ministères ; 03 ont été nommés Chefs de Division au terme de leurs missions et 03 autres sont revenus après leur mission et sont sous contrat avec des Institutions/Société privées de la place et 06 sont présentement en Guinée

Résultats du produit 5 : Les capacités de contrôle civil et démocratique des Forces de défense et de sécurité (FDS) sont renforcées

- Les outils de contrôle des FDS sont fonctionnels à travers des missions d'information parlementaires ainsi que le contrôle de l'activité des officiers de police judiciaire. Ces actions contribuent positivement à améliorer les relations entre la population et les FDS;

- Une stratégie genre définissant les structures genre et leurs mécanismes de fonctionnement au sein des FDS est élaboré et ces structures genres seront mises en place dans les 5 secteurs FDS.

Résultats du produit 5 : Les capacités de contrôle civil et démocratique des Forces de défense et de sécurité (FDS) sont renforcées

- La doctrine de police de proximité est mise en œuvre dans les communes de Conakry et Nzérékoré : elle place l’action des forces de sécurité sous le contrôle des élus locaux et crée le cadre permettant d’associer les citoyens à la résolution des problèmes locaux de sécurité.

- Cette action a eu un avec effet catalytique et attiré l’intérêt d’autres partenaires tels que les USA et l’UE.

Résultats du produit 6 : Le processus de décentralisation et de gouvernance locale est renforcé à travers la mise en œuvre de la LPN/DDL

Le  plan d’action de la  LPN/DDL a été élaboré et adopté par le Gouvernement ;

L’étude relative au financement de la décentralisation et du développement local a été réalisée;

Des outils pratiques d’accompagnement des acteurs de la décentralisation pour un développement local inclusif ont été  élaborés, adoptés et diffusés (guide de planification participative, PDL, PAI, étude SAFIC);

Une phase pilote de mise en œuvre du DEL est réalisée dans deux pôles de développement de Norassoba et de Kiniero.

Résultats du produit 6 : Le processus de décentralisation et de gouvernance locale est renforcé à travers la mise en œuvre de la LPN/DDL (suite)

-Le PDLG a eu un impact sur la maitrise d’ouvrage local, l’investissement local, la mobilisation des finances locales, les stratégies de développement local et sur la politique même de la décentralisation. - Les instruments de planification et les fonds d’investissement locaux, ont été des acquis importants au niveau central et ont inspiré le gouvernement dans le développement et la mise en place de ces instruments.

-Une approche territoriale de gestion concertée et participative de la sécurité a été expérimentée avec succès dans 5 communes de la préfecture de Gueckédou. 5 plans locaux de sécurité ont été élaborés et mis en œuvre. Elle a permis l’implication des populations dans la gestion de leur sécurité favorisé la prévention et la résolution des cas de violence.

Résultats du produit 7 : Une stratégie nationale de prévention et de résolution des conflits élaborée et mise en œuvre avec une participation féminine effective conformément à la résolution 1325

-Concernant la réconciliation nationale, les populations guinéennes ont été consultées sur les mécanismes à mettre en place en vue d’une gestion pérenne des contentieux du passé. Le rapport de ces consultations est remis au Chef de l’Etat en juin 2016.

-Une stratégie nationale de prévention de conflits et de renforcement de la citoyenneté ainsi que son plan d’action sur 3 ans est élaboré  et disponible.

-Un Observatoire national des Cadres de concertation dans les localités minières « CCLM »  (45 membres dont 12 femmes) pour la prévention et la gestion des conflits validé par un arrêté conjoint du MATD et du MMG.

Résultats du produit 7 : Une stratégie nationale de prévention et de résolution des conflits élaborée et mise en œuvre avec une participation féminine effective conformément à la résolution 1325 (suite: appui au secteur minier)

La Politique nationale de la RSE dans le secteur minier, assortie d’un Plan d’actions élaborée et adoptée par le Gouvernement.

Un Plan d’actions stratégiques est adopté et sert d’orientation afin que le secteur minier joue un rôle de levier de transformation de l’économie guinéenne.

Perspectives

Poursuivre les appuis stratégiques en les ciblant davantage, autour des défis du pays et les centres d’intérêt connus du programme.

Mettre en œuvre une nouvelle stratégie de mobilisation des ressources impliquant fortement la partie nationale;

Renforcer le plaidoyer pour un engagement plus fort des autorités locales dans la l’appropriation des interventions;

Définir une stratégie pro genre allant au-delà de l’augmentation du nombre de femmes bénéficiaires des actions;

Dans la dynamique de l’assistance électorale, privilégier l’amélioration du cadre légal et réglementaire et l’éducation civique et électorale qui s’avèrent plus porteurs d’effet à moyen et long terme pour la qualification du processus électoral en Guinée.

Renforcer les interventions intégrées entre les différents clusters et d’autres agences du SNU de sorte accroître la synergie dans l’approche UNIS DANS L’ACTION.

Revue du Cycle 2013-2017: Résultats du Programme Environnement et Développement durable

P5: Les outils de planification, de gestion durable de l’environnement, des RN et du cadre de vie sont élaborés/révisés pour intégrer les aspects de CC, CDB et DT

Dans le cadre de l’élaboration des outils de planification, le PNUD a appuyé le Gouvernement à élaborer:

Le Plan national d’investissement en matière d’environnement (juil 2013)

Le Plan quinquennal d'investissement du secteur de l'environnement (fev 2013)

La Stratégie Nationale d’énergie durable pour tous (SE4ALL) à l’Horizon 2030

FLa Stratégie Nationale sur la Biodiversité révisée et son Plan d’Actions

Ce qui a permis de mobiliser 15 339 070 USD auprès du FEM et du FVC pour la mise en œuvre de 5 projets pour répondre aux priorités nationales en matière de cc et de gestion durable de l’environnement

En matière de résilience des moyens d’existence durable face aux risques climatiques, 44 nouvelles CR ont leur capacités renforcées se traduisant par l’intégration de l’adaptation au cc dans leur PDL favorisant ainsi la pérennisation des résultats des projets.

P6: Une stratégie nationale d’énergie durable pour tous élaborée, adoptée et mise en œuvre

114 kits solaires installés et fonctionnels dans les CR de Boola (Beyla), Koba (Boffa), Kakossa et Kaback (Forécariah) contribuent  à la réduction de l’émission des GES

35 100 m3 de méthane produits par 65 biodigesteurs de type familial dans 45 CR permettent un meilleur accès à l’énergie renouvelable comme combustible pour la cuisson et l’éclairage. 10.366 ménages utilisent des  foyers améliorés dans les CR les plus vulnérables du pays. En plus d’une réduction des pressions sur les ressources forestières, ces résultats se traduisent également par un allègement des tâches quotidiennes des femmes et des enfants

P7: Les modes et moyens d’existence dans les  zones vulnérables sont résilients au cc et les communautés s’adaptent aux impacts induits.

La construction des diguettes de protection, le renforcement des forêts de mangroves et côtières ainsi que les activités de restauration des sols ont permis de récupérer 2.167 ha de terres qui étaient abandonnées pour cause de salinisation et préserver 9.983 ha de terres rizicoles, les habitations ainsi que d’autres actifs économiques et sociaux qui sont menacés par les impacts associés au relèvement du niveau de la mer contribuant ainsi à améliorer la sécurité alimentaire des communautés.

P7: Les modes et moyens d’existence dans les  zones vulnérables sont résilients au cc et les communautés s’adaptent aux impacts induits.

La résilience et les moyens d’existence de 1.987 paysans dont 1.086 femmes sont renforcés au Nord du Pays (GKM). 37 861 plants (fruitiers et forestiers) et 431 kg de semences fourragères et vivrières sont plantés et semés dans les 204 exploitations agroforestières sécurisées par des clôtures grillagées sur une longueur totale de 136.000 mètres linéaires couvrant une superficie de 710 ha. Ce qui contribue à la réduction des conflits entre agriculteurs et éleveurs et la pression anthropique sur le couvert végétal en améliorant ainsi la sécurité alimentaire.

P7: Les modes et moyens d’existence dans les  zones vulnérables sont résilients au cc et les communautés s’adaptent aux impacts induits (suite).

La promotion d’autres moyens de subsistance plus résilients au changement climatique tels que l’apiculture, l’horticulture, l’élevage de petits ruminants, la production efficiente de charbon de bois, le fumage de poisson a contribué à une augmentation des revenus moyens plus de 1500 ménages et une amélioration des conditions de vie des communautés bénéficiaires.

L’information agro-météorologique est diffusée auprès des communautés par des émissions des radios rurales, ce qui a permis aux paysans de mieux maitriser le calendrier agricole et de recevoir des conseils en agroforesterie. Cela est rendu possible par l’installation de 15 stations météorologiques automatiques, 16 pluviomètres classiques et 340 pluviomètres paysans (zone côtière et Nord du pays).

P8: Les plans d’aménagement et de gestion 2013- 2017 pour une meilleure conservation de la biodiversité, des aires protégées et des forêts élaborés et mis en œuvre

Un Plan de gestion de la réserve de biosphère des Monts Nimba est élaboré suivant une approche de gestion intégrée et participative;

Les zones centrales de la réserve des monts Nimba sont délimitées et 80% du territoire du site du patrimoine mondial sont matérialisées et font l’objet d’une surveillance constante de 104 conservateurs de la nature.

FLe renforcement des capacités de ces conservateurs sur les techniques de surveillance et d’organisation des patrouilles,  en équipement informatique, matériel roulant, a permis de réduire le braconnage dans la réserve de biosphère des Monts Nimba. Celles-ci sont passées de 48 en 2014 et 2015 à 68 en 2016.

FLe dispositif existant des aires protégées est renforcé à travers notamment : (i) la protection des écosystèmes fragiles contre les feux de brousses avec la mise en place de 56 km de pare-feu verts, (ii) le renforcement de la couverture végétale des terroirs villageois adjacents aux aires protégées par le restauration de 1 306 ha de terre dégradées, de têtes de source, de forêts communautaires et de zones humides.

Perspectives (2018-2022)

Améliorer l’accès des ménages des villes et villages aux énergies renouvelables, aux emplois verts et à un environnement sain;

Renforcer la résilience et l’adaptation au cc des groupes vulnérables;

Renforcer les capacités nationales dans la mobilisation des ressources en finance climatique et la mobilisation des ressources.

Nos résultats de 2011 à 2013

Ces dernières années le PNUD a intensifié ses interventions en Guinée dans des domaines relatifs entre autres, à la réforme du secteur de sécurité, à la réforme de l’Etat et la modernisation de l’administration. Ce qui nous (PNUD) a permis d’avoir succinctement dans les domaines suivants les résultats si après:    

Réforme du secteur de la sécurité

Le PNUD a fourni un appui stratégique au secteur de la réforme de la Sécurité dont certains axes ont porté sur le recensement biométrique, l’équipement et l’appui au développement d’environ 16.000 agents de sécurités dans le cadre de la mise sur pied de la Force Spéciale de Sécurisation des Elections (FOSSEPEL) et la mise à la retraite de 3.928 militaires.

Réforme de l’Etat et modernisation de l’Administration

L’élaboration et la validation du Programme de Réforme de l'Etat et de la Modernisation de l'Administration va permettre, à terme, d’assainir le Fichier de Gestion administrative.

Promotion du Genre

La Politique Nationale Genre, élaborée avec l’appui du PNUD, constitue dorénavant le document de référence au niveau national pour toutes les actions à entreprendre dans le cadre de la promotion et de la protection de l’égalité des sexes. Une fois opérationnalisée à travers des mécanismes institutionnels et un plan d’actions opérationnel, elle permettra d’impulser la transversalité du genre dans l’ensemble des secteurs clé afin d’équilibrer et humaniser les rapports sociaux entre les femmes et les hommes et de réduire les disparités sociales afin que les efforts de développement bénéficient de façon équitable à l’ensemble de la communauté.

Réduction de la Pauvreté

Les préoccupations des pauvres vont dorénavant être mieux prises en compte dans les politiques et stratégies de développement grâce à l’élaboration du premier Rapport alternatif Economique et Social de la Société Civile comme instrument d’analyse et de plaidoyer du CNOSCG (Conseil National des Organisations de la Société Civile)

Le PNUD a contribué à accroître l’accès aux services énergétiques modernes à travers la transformation des produits énergétiques et d’éclairage qui ont permis aux femmes rurales de 18 villages de mettre en œuvre des activités génératrices de revenus et ainsi augmenter leur production et leur commercialisation agricole et agroalimentaire ainsi que la diversification de leurs sources de revenus.

En outre, avec le soutien technique et financier du PNUD, 4.800.000 personnes ont été enregistrées suite à la mise à disposition du fichier électoral biométrique ;

Plus de 1200 jeunes promoteurs dans 13 préfectures du pays et Conakry ont bénéficié de fonds de crédit revolving Foniké pour l’Entreprenariat Jeunesse et sont installés à leur compte par l’opérationnalisation de petites unités génératrices de revenus ;

4960 femmes ont pu être autonomisées à travers 62 Comités féminins de Gestion mis en place et formées sur la gestion financière et technique des Plateformes dans les communautés bénéficiaires de la Basse Guinée et de la Haute Guinée ;

120 journalistes de tout média formés en techniques des émissions interactives, médias camera prise de vue, réalisation, genres journalistiques a permis l’augmentation du taux de participation des citoyens à la vie de leur cité ;

3.928 militaires mis à la retraite après une évaluation du secteur de la sécurité dans le cadre de l’appui à la Réforme du Secteur de la sécurité ;

225 hectares de plantations forestières ainsi que des interventions en zone de mangrove par le reboisement de 10 hectares et la mise en défense de 252 hectares ont permis la récupération de superficies non négligeables de terres dégradées.

Nos perspectives

E n termes d’objectifs pour les années à venir le Programme des Nations Unies pour le Développement en partenariat avec le Gouvernement multipliera ses interventions dans les actions prioritaires nationales. Le PNUD vise ainsi à :

  1. Contribuer à la réduction de l’extrême pauvreté et à l’amélioration de la sécurité alimentaire à travers l’accroissement des capacités productives des populations, particulièrement les femmes et les jeunes
  2. Renforcer le cadre juridique et institutionnel pour une gestion durable des ressources naturelles et la protection de l’environnement
  3. Appuyer les Objectifs du Millénaire pour le Développement relatifs à la gouvernance locale, économique, judiciaire, sécuritaire et démocratique et apporter un appui spécifique au processus de finalisation de la transition et à la relance du développement
  4. Contribuer à la création d’un environnement apaisé favorable à la finalisation de la transition à travers une réponse programmatique prenant en compte les principaux facteurs de conflits et de menace à la paix et à la cohésion sociale.
  5. Contribuer à l’autonomisation de la femme à travers la prise en compte du genre dans les différents domaines d’intervention stratégiques du PNUD.

Ainsi, au titre de l’axe de Gouvernance et consolidation de la paix, le Programme devra contribuer à l’atteinte de l’effet 2 du PNUAD « D’ici 2017, les institutions démocratiques et le système judiciaire et sécuritaire fonctionnent sur la base de la transparence, du dialogue et de la concertation, dans le respect des normes nationales et internationales et assurent la protection effective des activités individuelles et collectives ».

Dans ce cadre, l’appui du PNUD vise à termes à contribuer à l’émergence d’institutions démocratiques plus solides et consensuelles ainsi qu’un changement qualificatif de comportements des populations, des médias et des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ainsi qu’au respect des principes démocratiques et de l’Etat de droit. Il sera focalisé sur :

  1. la consolidation de la démocratie et de l’état de droit, à travers l’appui à l’amélioration de la gestion du processus électorale avec une participation effective des femmes et l’appui au dispositif institutionnel et juridique de protection et de la promotion des droits de l’homme ;
  2. l’appui à la réforme de l’Administration publique, y compris la gouvernance locale et iii) la prévention et la gestion des conflits.

Pour l’axe Croissance et Développement Durable, au titre des initiatives de promotion de la croissance et de l’emploi, l’appui du PNUD vise à aider les autorités à faire face aux défis de la pauvreté tant au niveau national que local, à travers la formulation, la mise en œuvre et le suivi évaluation de politiques et programmes macroéconomiques et sectoriels promouvant le développement et la réduction de la pauvreté. Pour y parvenir, le Programme va contribuer à deux effets de l’UNDAF :

  1. D’ici 2017, une meilleure gestion stratégique du développement est assurée par des structures et organisations étatiques et non étatiques disposant des capacités techniques et opérationnelles de formulation des politiques et programmes à travers un processus participatif et inclusif ; et
  2. D’ici 2017, les populations les plus vulnérables en particulier les femmes et les jeunes, dans les zones  les plus pauvres, disposent des capacités accrues de production, de meilleures opportunités d’emplois décents et de revenus durables et leur sécurité alimentaire est améliorée. Dans cette optique, le PNUD se propose de capitaliser toutes les expériences à travers la réplication et la mise  à l’échelle des bonnes pratiques développées pendant el cycle précédent, en mettant l’accent sur le renforcement des capacités d’appropriation des processus de planification et de gestion du développement, la promotion d’un environnement favorable à la création d’emplois, des initiatives locales et d’appui à la lutte contre la pauvreté et la correction des disparités de genre au niveau central et dans les régions pauvres ainsi que la prévention des risques du VIH/SIDA sur la population active notamment les femmes.       

Pour la mise en œuvre de ce Programme dont le budget est de 46 300 000 dollars US le PNUD et le Gouvernement, chacun en ce le concerne, promet d’honorer les engagements pris en respectant les dispositions de base qui les lient, signées dans l’accord de coopération du 13 février 1975.

Qui sont les décideurs ?

La prise de décision au sein du PNUD est guidée par un processus de consultation continue avec les différents acteurs du Gouvernement. Comme l'indique le Plan d'action du programme de pays (PAPP), les décisions du PNUD par rapport aux priorités programmatiques, aux financements directs et indirects ainsi qu'à la mobilisation des ressources se font en étroite consultation avec les instances gouvernementales Guinéennes. Ces décisions contribuent directement au cadre stratégique intégré et par conséquent au Plan National de Reconstruction. Une fois les programmes développés, le PNUD consulte les bailleurs de fonds et le gouvernement Guinéen et ces programmes sont régulièrement suivis par leurs comités de pilotages respectifs. Afin de réduire la multiplication de réunions, le PPAP préconise des approches programmatiques où tous les projets avec un partenaire gouvernemental sont gérés par un seul comité de pilotage.

Le Représentant Résident (RR) est aussi le Coordonnateur Résident des Activités Opérationnelles du Système des Nations Unies, Coordonnateur Humanitaire, Agent Habilité, et Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement en Guinée.

Les chefs des unités de programmes sont chargés de superviser et soutenir les directeurs de projet dans un domaine précis. Les programmes mis en œuvre au niveau national sont dirigés par des coordinateurs de projet qui sont fonctionnaires du gouvernement au sein du Ministère concerné et qui sont appuyés par les directeurs de projet.

Le cadre stratégique intégré remplace le Plan Cadre des Nations Unies pour l'Aide au Développement (communément appelé UNDAF) et a été adopté par l'ONU en Guinée, y compris toutes les agences des Nations Unies et la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Guinée), ainsi que le gouvernement Guinéen puisque ce cadre contribue au plan national pour la reconstruction d'Guinée. Ce cadre remplace l'UNDAF jusqu'au mois de décembre 2011.


Combien sommes-nous ?

Current Staff Count for Guinea

Contract TypeSub Total
Service Contract 86
UN Volunteers 11
UNDP Staff 57
Total 154

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Guinée 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe