A propos du PNUD en Guinée

Bel Air 2014: Un nouvel engagement, un nouvel état d'esprit

Le Bureau du PNUD Guinée a tenu sa retraite du 9 au 11 juin 2014 dans le cadre paradisiaque de Bel Air. Cette retraite a connu la participation du Management, du staff et de plusieurs invités parmi lesquels, les coordonnateurs des projets.

Mme Metsi Makhetha, Directrice pays PNUD, après avoir félicité le Comité d’organisation, a indiqué que la Retraite de Bel Air est une Retraite pour tout le monde. Elle vise à évaluer les performances et mesurer les progrès réalisés dans le cadre de l’appui du PNUD à la Guinée Elle a ensuite invité le staff à plus d’engagement et de résultats.

Pour le facilitateur de la retraite, Moustapha Guéye, une retraite c’est avant tout un moment de célébration, de partage d’information, de redynamisation et d’un nouveau départ en vue d’un futur plus exaltant.

Cette retraite  a permis à Mme Aissatou Yao Yao, Directrice adjointe, programme PNUD, de passer en revue le Plan Stratégique 2014-2017. Il ressort de sa présentation que le PNUD, s’inscrit dans une approche et vision plus globale qui focalise désormais son action et appui aux pays, dans l’élimination de la pauvreté et la réduction sensible des inégalités et de l’exclusion.

Cette retraite a permis d’obtenir un engagement individuel et collectif du staff pour la réussite de la mission du PNUD, une meilleure connaissance du Plan stratégique et de la politique genre mais surtout le renforcement de l’esprit d’équipe pour l’atteinte de meilleurs résultats.

Ainsi le staff est sorti de Bel Air avec un nouvel état d’esprit qui entre dans une dynamique de changement où chacun connait désormais ses responsabilités dans la chaine des résultats.

 

Historique

Après son indépendance, proclamée le 2 octobre 1958, la République de Guinée est devenue membre de l’Organisation des Nations Unies, le 12 décembre 1958. En 1960, le premier Bureau du PNUD fut ouvert à Conakry, la capitale du pays.  Jusqu’en 1973, aucune autre agence du Système des Nations Unies n’était représentée dans le pays. C’est le PNUD qui assurait, seul, la représentation de l’ONU en République de Guinée.  Le 13 février 1975, fut signé entre le Gouvernement et le PNUD l’Accord de base.

Nos objectifs

Le PNUD est le réseau mondial du Système des Nations Unies (SNU) qui prône  le développement dans le monde. Il est présent sur le terrain dans 177 pays qu’il relie aux connaissances, expériences et ressources dont leurs populations ont besoin pour la vie.

Il crée des partenariats solides et aide à renforcer les capacités institutionnelles et des organisations de la société civile pour consolider la paix et bâtir une nation résiliente gage d’une croissance  équitable et inclusive. Afin d’assurer une meilleur qualité de vie des populations.

En Guinée l’accord de base qui régie la coopération avec le Programme des Nations Unies pour le Développement a été signé le 13 février 1975. Il stipule dans son premier article, paragraphe 2 que, l’assistance du Partenaire au Gouvernement est fournie conformément aux résolutions et décisions des organes compétents de gestion du Partenaire et sous réserve de la disponibilité des fonds nécessaires auprès du Partenaire. Le programme du PNUD a été formulé, à cet effet, sur la base des priorités nationales, telles que présentées dans le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté actualisé. Il porte sur deux axes stratégiques prioritaires :

  • Gouvernance & Prévention des conflits ;
  • Croissance & Développement durable

Droit au développementUn enfant qui réclame son droit au développement normal.

Que voulons-nous accomplir ?

Le premier rôle du PNUD est d’exhorter au changement. Il concourt dans ce cas  à prôner les bonnes pratiques gouvernementales pour assoir le fondement d’une nation adossée sur des institutions fortes et indépendantes. Ce qui vise à doter le pays, les outils et les voies et moyens garantissant son développement inclusif.

La Guinée en dépit des immenses potentialités agricoles, minières et hydro énergétiques existantes, figure parmi les pays les moins avancés de la planète, avec un indice de développement humain faible, estimé à 0,344 en 2011.

Les efforts pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) restent globalement insuffisants, surtout en matière de réduction de l’extrême pauvreté. L’incidence de la pauvreté est passée de 53% en 2007 à 55,2% en 2012 avec de fortes disparités spatiales, régionales et selon les sexes.

Conscient de ce paradoxe, le Gouvernement décide de prendre ses dispositions pour assurer une croissance économique et un développement intégré durable. Le PNUD pour sa part, interviendra dans les actions de collectivités locales afin d'insuffler une nouvelle dynamique de développement à la base. En collaboration avec le gouvernement dont il soutient et appuie les actions de priorités nationales définies dans le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté.  Cette coopération avec le gouvernement contribuera à réduire l’extrême pauvreté et favorisera une croissance économique du pays et abrègera la souffrance des populations dont 55,2% vivent sous le seuil de la pauvreté. 

Le Plan d’Action du Programme de Pays (PAPP) 2013-2017 est le cadre d’opérationnalisation du programme de pays (CPD) et du Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement. Il constitue une contribution aux efforts du Système des Nations Unies (SNU) pour accompagner le Gouvernement dont le but principal est d’assurer un développement humain durable.

Ainsi, au titre de l’axe de Gouvernance et consolidation de la paix, le Programme devra contribuer à l’atteinte de l’effet 2 du PNUAD « D’ici 2017, les institutions démocratiques et le système judiciaire et sécuritaire fonctionnent sur la base de la transparence, du dialogue et de la concertation, dans le respect des normes nationales et internationales et assurent la protection effective des activités individuelles et collectives ».

Dans ce cadre, l’appui du PNUD vise à termes à contribuer à l’émergence d’institutions démocratiques plus solides et consensuelles ainsi qu’un changement qualificatif de comportements des populations, des médias et des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ainsi qu’au respect des principes démocratiques et de l’Etat de droit. Il sera focalisé sur :

  1. la consolidation de la démocratie et de l’état de droit, à travers l’appui à l’amélioration de la gestion du processus électorale avec une participation effective des femmes et l’appui au dispositif institutionnel et juridique de protection et de la promotion des droits de l’homme ;
  2. l’appui à la réforme de l’Administration publique, y compris la gouvernance locale et iii) la prévention et la gestion des conflits.

Pour l’axe Croissance et Développement Durable, au titre des initiatives de promotion de la croissance et de l’emploi, l’appui du PNUD vise à aider les autorités à faire face aux défis de la pauvreté tant au niveau national que local, à travers la formulation, la mise en œuvre et le suivi évaluation de politiques et programmes macroéconomiques et sectoriels promouvant le développement et la réduction de la pauvreté. Pour y parvenir, le Programme va contribuer à deux effets de l’UNDAF :

  1. D’ici 2017, une meilleure gestion stratégique du développement est assurée par des structures et organisations étatiques et non étatiques disposant des capacités techniques et opérationnelles de formulation des politiques et programmes à travers un processus participatif et inclusif ; et
  2. D’ici 2017, les populations les plus vulnérables en particulier les femmes et les jeunes, dans les zones  les plus pauvres, disposent des capacités accrues de production, de meilleures opportunités d’emplois décents et de revenus durables et leur sécurité alimentaire est améliorée. Dans cette optique, le PNUD se propose de capitaliser toutes les expériences à travers la réplication et la mise  à l’échelle des bonnes pratiques développées pendant el cycle précédent, en mettant l’accent sur le renforcement des capacités d’appropriation des processus de planification et de gestion du développement, la promotion d’un environnement favorable à la création d’emplois, des initiatives locales et d’appui à la lutte contre la pauvreté et la correction des disparités de genre au niveau central et dans les régions pauvres ainsi que la prévention des risques du VIH/SIDA sur la population active notamment les femmes.       

Pour la mise en œuvre de ce Programme dont le budget est de 46 300 000 dollars US le PNUD et le Gouvernement, chacun en ce le concerne, promet d’honorer les engagements pris en respectant les dispositions de base qui les lient, signées dans l’accord de coopération du 13 février 1975.

Nos résultats de 2011 à 2013

Ces dernières années le PNUD a intensifié ses interventions en Guinée dans des domaines relatifs entre autres, à la réforme du secteur de sécurité, à la réforme de l’Etat et la modernisation de l’administration. Ce qui nous (PNUD) a permis d’avoir succinctement dans les domaines suivants les résultats si après:    

Réforme du secteur de la sécurité

Le PNUD a fourni un appui stratégique au secteur de la réforme de la Sécurité dont certains axes ont porté sur le recensement biométrique, l’équipement et l’appui au développement d’environ 16.000 agents de sécurités dans le cadre de la mise sur pied de la Force Spéciale de Sécurisation des Elections (FOSSEPEL) et la mise à la retraite de 3.928 militaires.

Réforme de l’Etat et modernisation de l’Administration

L’élaboration et la validation du Programme de Réforme de l'Etat et de la Modernisation de l'Administration va permettre, à terme, d’assainir le Fichier de Gestion administrative.

Promotion du Genre

La Politique Nationale Genre, élaborée avec l’appui du PNUD, constitue dorénavant le document de référence au niveau national pour toutes les actions à entreprendre dans le cadre de la promotion et de la protection de l’égalité des sexes. Une fois opérationnalisée à travers des mécanismes institutionnels et un plan d’actions opérationnel, elle permettra d’impulser la transversalité du genre dans l’ensemble des secteurs clé afin d’équilibrer et humaniser les rapports sociaux entre les femmes et les hommes et de réduire les disparités sociales afin que les efforts de développement bénéficient de façon équitable à l’ensemble de la communauté.

Réduction de la Pauvreté

Les préoccupations des pauvres vont dorénavant être mieux prises en compte dans les politiques et stratégies de développement grâce à l’élaboration du premier Rapport alternatif Economique et Social de la Société Civile comme instrument d’analyse et de plaidoyer du CNOSCG (Conseil National des Organisations de la Société Civile)

Le PNUD a contribué à accroître l’accès aux services énergétiques modernes à travers la transformation des produits énergétiques et d’éclairage qui ont permis aux femmes rurales de 18 villages de mettre en œuvre des activités génératrices de revenus et ainsi augmenter leur production et leur commercialisation agricole et agroalimentaire ainsi que la diversification de leurs sources de revenus.

En outre, avec le soutien technique et financier du PNUD, 4.800.000 personnes ont été enregistrées suite à la mise à disposition du fichier électoral biométrique ;

Plus de 1200 jeunes promoteurs dans 13 préfectures du pays et Conakry ont bénéficié de fonds de crédit revolving Foniké pour l’Entreprenariat Jeunesse et sont installés à leur compte par l’opérationnalisation de petites unités génératrices de revenus ;

4960 femmes ont pu être autonomisées à travers 62 Comités féminins de Gestion mis en place et formées sur la gestion financière et technique des Plateformes dans les communautés bénéficiaires de la Basse Guinée et de la Haute Guinée ;

120 journalistes de tout média formés en techniques des émissions interactives, médias camera prise de vue, réalisation, genres journalistiques a permis l’augmentation du taux de participation des citoyens à la vie de leur cité ;

3.928 militaires mis à la retraite après une évaluation du secteur de la sécurité dans le cadre de l’appui à la Réforme du Secteur de la sécurité ;

225 hectares de plantations forestières ainsi que des interventions en zone de mangrove par le reboisement de 10 hectares et la mise en défense de 252 hectares ont permis la récupération de superficies non négligeables de terres dégradées.

Nos perspectives

E n termes d’objectifs pour les années à venir le Programme des Nations Unies pour le Développement en partenariat avec le Gouvernement multipliera ses interventions dans les actions prioritaires nationales. Le PNUD vise ainsi à :

  1. Contribuer à la réduction de l’extrême pauvreté et à l’amélioration de la sécurité alimentaire à travers l’accroissement des capacités productives des populations, particulièrement les femmes et les jeunes
  2. Renforcer le cadre juridique et institutionnel pour une gestion durable des ressources naturelles et la protection de l’environnement
  3. Appuyer les Objectifs du Millénaire pour le Développement relatifs à la gouvernance locale, économique, judiciaire, sécuritaire et démocratique et apporter un appui spécifique au processus de finalisation de la transition et à la relance du développement
  4. Contribuer à la création d’un environnement apaisé favorable à la finalisation de la transition à travers une réponse programmatique prenant en compte les principaux facteurs de conflits et de menace à la paix et à la cohésion sociale.
  5. Contribuer à l’autonomisation de la femme à travers la prise en compte du genre dans les différents domaines d’intervention stratégiques du PNUD.

Qui sont les décideurs ?

La prise de décision au sein du PNUD est guidée par un processus de consultation continue avec les différents acteurs du Gouvernement. Comme l'indique le Plan d'action du programme de pays (PAPP), les décisions du PNUD par rapport aux priorités programmatiques, aux financements directs et indirects ainsi qu'à la mobilisation des ressources se font en étroite consultation avec les instances gouvernementales Guinéennes. Ces décisions contribuent directement au cadre stratégique intégré et par conséquent au Plan National de Reconstruction. Une fois les programmes développés, le PNUD consulte les bailleurs de fonds et le gouvernement Guinéen et ces programmes sont régulièrement suivis par leurs comités de pilotages respectifs. Afin de réduire la multiplication de réunions, le PPAP préconise des approches programmatiques où tous les projets avec un partenaire gouvernemental sont gérés par un seul comité de pilotage.

Le Représentant Résident (RR) est aussi le Coordonnateur Résident des Activités Opérationnelles du Système des Nations Unies, Coordonnateur Humanitaire, Agent Habilité, et Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement en Guinée.

Les chefs des unités de programmes sont chargés de superviser et soutenir les directeurs de projet dans un domaine précis. Les programmes mis en œuvre au niveau national sont dirigés par des coordinateurs de projet qui sont fonctionnaires du gouvernement au sein du Ministère concerné et qui sont appuyés par les directeurs de projet.

Le cadre stratégique intégré remplace le Plan Cadre des Nations Unies pour l'Aide au Développement (communément appelé UNDAF) et a été adopté par l'ONU en Guinée, y compris toutes les agences des Nations Unies et la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Guinée), ainsi que le gouvernement Guinéen puisque ce cadre contribue au plan national pour la reconstruction d'Guinée. Ce cadre remplace l'UNDAF jusqu'au mois de décembre 2011.


Combien sommes-nous ?

Current Staff Count for Guinea

Contract TypeSub Total
Service Contract 91
UN Volunteers 14
UNDP Staff 56
Total 161