A propos de la Guinée

Introduction

Les Chutes ( Voile de la mariée à Kindia)Les chutes: Voile de la mariée (Kindia)

La République de Guinée est un pays situé au sud-ouest de l’Afrique Occidentale. Elle a une superficie de 245 857 km² pour une population actuelle de 11,45 millions d’habitants. La République de Guinée est limitée à l’Ouest par l’Océan Atlantique, au nord-ouest par la Guinée-Bissau (lusophone), au nord par le Sénégal (francophone), à l'est par le Mali (francophone), au sud-est par la Côte d'Ivoire (francophone) et au sud par le Liberia (anglophone) et la Sierra Leone (anglophone). 

La Guinée est composée de quatre grands groupes ethniques (Malinké, Soussou, Peulh et Forestiers) et de quatre régions naturelles : Basse Guinée, Moyenne Guinée, Haute Guinée et Guinée Forestière.

Histoire

En 1891, la Guinée tombe sous le joug colonial et est déclarée colonie française.  Cette conquête ne s’opère pas sans résistance. Almamy Samory Touré alors grand résistant africain mène une guerre organisée contre l’occupation française. Il est vaincu en 1898.

Lors du référendum de septembre 1958, la Guinée sous le leadership du jeune leader syndicaliste Sékou Touré, 36 ans, est le seul pays de l’Afrique francophone à rejeter la proposition du Général De Gaulle concernant l’intégration des colonies de l’Afrique Occidentale française (A.O.F) au sein d’une communauté française.

La Guinée accède à l’Indépendance  et devient un Etat souverain, le 2 Octobre 1958, avec pour Capitale, Conakry

Ahmed Sékou Touré, arrière petit fils de SamoryTouré, alors très populaire dans son pays, en devient le premier président. Il prône aussitôt le panafricanisme dont le principal but est la décolonisation intégrale de toutes les colonies d’outre mer.

Hissé au sommet de l’Etat par son peuple, en 1958, Ahmed Sékou Touré dirigera le pays jusqu’à sa mort le 26 mars 1984. Lansana Béavogui alors premier ministre est nommé chef de Gouvernement.

Le 3 avril 1984, l’armée s’empare du pouvoir et le colonel Lansana Conté est nommé par ses compères président de la deuxième République.

Le 23 décembre 1990, le pouvoir adopte le projet de constitution instaurant le multipartisme intégral. Le 19 décembre 1993 s’est tenue la première élection présidentielle pluraliste en Guinée avec la réélection de Lansana Conté. Il est plébiscité ensuite en 1998 et en 2003.

Du 3 janvier au 26 février 2008, le régime vacille suite à une grève générale illimitée lancée dans tout le pays par l’Inter Centrale Syndicale.

Le 22 décembre 2008, le général Lansana Conté décède après 24 ans de règne.

Le 23 décembre, la junte militaire s’empare du pouvoir et le Capitaine Moussa Dadis Camara est désigné Président de la République. Le 3 décembre 2009, le Capitaine est victime d'une tentative d’assassinat. Il est écarté du pouvoir.

Le 15 janvier 2010, le général Sékouba Konaté est désigné Président de la République par intérim, suite aux accords de Ouagadougou.

Le 27 juin et le 7 novembre, on assiste à l'organisation du premier et du second tour de l’élection présidentielle.

Le Professeur Alpha Condé est déclaré vainqueur le 2 décembre 2010 et investi président de la troisième République le 21 décembre.

Défis

La situation sociopolitique de la Guinée est caractérisée ces dernières années par  une crise interne qui affecte la vie des populations. L’incidence de la pauvreté est passée de 53% en 2007 à 55,2% en 2012 avec de fortes disparités spatiales, régionales et selon les sexes.

Le pays a connu des troubles qui sont consécutifs aux violences électorales, qui ont crée des ombrages au développement socioéconomique du pays.

Le Gouvernement de la troisième République a pris des dispositions pour relever les nombreux défis auxquels le pays fait face.

Parmi les défis majeurs, figurent la lutte contre l’impunité, la corruption, l’injustice, l’amateurisme et le clientélisme dans la gestion des affaires publiques de l’Etat. En outre, il y a la réalisation des services sociaux de base, notamment, la desserte en eau et en électricité, la construction des infrastructures routières, les logements sociaux.

Le Gouvernement multiplie les efforts pour restaurer l’autorité de l’Etat en mettant en place les institutions républicaines : Assemblée nationale, Cour Constitutionnelle.

En termes économiques, le gouvernement a réussi des exploits en réduisant son déficit de 13% en 2010 à 2% en 2012. L’inflation a été maitrisée à 16% contre 25% en 2010  et une croissance économique estimée à 4.8% en 2012. Les efforts du gouvernement ont permis également la stabilité du taux de change et la réduction des dépenses (40% du budget public) de l’armée et la mise à la retraite d’environ 4000 militaires.

Ces multiples efforts ont abouti à l’atteinte du Point d’Achèvement de l’Initiative Pays Pauvres Très Endettés qui permet à la Guinée d’effacer 2.1 milliards de dollars de dette ouvrant ainsi au pays un nouveau chapitre pour la relance de l’économie nationale.

Succès

Le Président de la République, le professeur Alpha Condé saluant un officier de l'armée

L’une des principales priorités du Gouvernement de la troisième République a été la réforme de l’armée guinéenne. Deux objectifs sont visés, à cet effet, par l’Etat : connaitre l’effectif exact de l’armée dont les estimations font état de 23 000 et réduire l’incidence des soldes fictives ou indues sur le budget de l’armée, qui est de l’ordre de 1 400 milliards de francs guinéens soit 163 millions d’euros.

Le Gouvernement avec l’appui des partenaires au développement dont le PNUD, a fini, à travers un recensement  biométrique, par séparer le bon grain de l’ivraie. Au total 3928 militaires ont été appelés à faire valoir leur droit à la retraite.

En outre, le Gouvernement a procédé au recensement biométrique des fonctionnaires, ce qui a également permis l’assainissement du fichier de la fonction publique.